Archive

Archive for the ‘Actu google’ Category

France : la croissance de la pub en ligne sera moins forte mais restera solide en 2012

France : la croissance de la pub en ligne sera moins forte mais restera solide en 2012ZenithOptimedia a revu ses prévisions à la hausse pour cette année avec une croissance attendue de plus de 8%. Mais cela reste inférieur aux +13% de 2011.

Mécaniquement, le ralentissement économique va peser sur les investissements publicitaires en ligne cette année. Mais comme à chaque fois, la toile va tirer son épingle du jeu face aux autres médias.

Selon les dernières prévisions de ZenithOptimedia, le marché global de la publicité en France devrait progresser de 1,3% cette année. Internet de son côté devrait progresser de 8,2% contre +12,8% en 2011. C’est la meilleure prévision tous médias confondus, juste devant le cinéma qui devrait connaître une progression de 8%.

Internet : presque un quart du marché publicitaire mondial en 2014

« La télévision est le média le plus impacté par le ralentissement du fait d’une baisse des investissements des annonceurs de l’alimentation, premiers touchés par la crise. La presse continue à souffrir, pénalisée par ses problèmes structurels, tandis que la radio et l’affichage résisteront mieux. Internet demeure très attractif. Le search et l’affiliation profitent de la crise car ils permettent un bon retour sur investissements, le display est quant à lui boosté par la vidéo et les médias sociaux. A noter, le mobile connaît une forte croissance : +34% en 2012 », commente Sébastien Danet, Président du groupe ZenithOptimedia France.

Pour les années suivantes, l’agence ose l’exercice périlleux de prévisions à long terme en tablant sur un rebond du marché de la pub en ligne avec +9,5% en 2013 et +10% en 2014 (soit trois fois plus que la croissance du marché global qui sera à +3%). Vu la volatilité de l’économie mondiale, ces chiffres sont évidemment à prendre avec des pincettes.

Au niveau mondial, Zenith estime que la croissance de la pub en ligne va dépasser ses prévisions « notamment grâce à la croissance spectaculaire de la publicité sur les réseaux sociaux. La vidéo en ligne est l’autre catégorie phare, propulsant le display sur Internet à 21% de croissance annuelle entre 2011 et 2014. Le display croît désormais sensiblement plus vite que le référencement payant (dont nous prévoyons une croissance de 15% par an jusqu’en 2014) ».

Et de poursuivre : « Au global, nous prévoyons que la publicité sur Internet augmentera sa part de marché publicitaire de 16,4% en 2011 à 22,1% en 2014. La publicité sur Internet représente déjà plus de 25% des dépenses publicitaires totales dans cinq pays (le Danemark, la Norvège, la Corée du Sud, la Suède et le Royaume Uni), et d’ici 2014 nous nous attendons à ce qu’elle représente plus de 30% dans six marchés (le Canada, la Chine, la Norvège, la Corée du Sud, la Suède et le Royaume-Uni), il reste donc encore un énorme potentiel de croissance de la part de marché de la publicité sur Internet au niveau mondial ».

Publicités
Catégories :Actu google, e-commerce

Google+ et résultats de recherche : Twitter s’indigne

Google+ et résultats de recherche : Twitter s’indigne– Les contenus issus de Google+ et Picasa seront affichés dans les résultats de recherche du moteur de Google. Une mauvaise nouvelle pour les internautes dénonce Twitter, dont les informations en temps réel se heurtent à la concurrence directe de Google.

Mise à jour : Google a réagi aux commentaires de Twitter en se déclarant « surpris ». Concernant le retrait en juillet 2011 de son moteur des messages en temps réel issus du service de micro-blogging, Google rétorque que c’est Twitter qui a refusé de renouveler l’accord passé en 2009. Google déclare en outre que Twitter a depuis ajouté une balise « nofollow » afin que ses pages ne soient plus indexées.

Pour tirer l’audience de Google+, Google mise sur une intégration avec ses différents services. Le 11 janvier, la firme de Mountain View a ainsi annoncé qu’elle allait personnaliser les résultats de recherche sur son moteur avec des contenus issus de Google+ et Picasa.

L’annonce passe mal du côté de Twitter, pour qui cette évolution ne devrait pas l’épargner. Google est ainsi accusé d’altérer les résultats de son moteur pour donner un coup de pouce à son propre réseau social Google+, ce au détriment des services concurrents comme Twitter.

Un mauvais jour pour Internet selon Twitter

Pour le responsable des affaires réglementaires de Twitter, Alex Macgillivray, un ancien de Google, c’est même un « mauvais jour pour Internet ». Ce commentaire a été suivi d’une réaction officielle de Twitter.

« Comme nous avons pu le constater à plusieurs reprises, les informations apparaissent d’abord sur Twitter. Par conséquent, les comptes Twitter et les tweets sont souvent les résultats les plus pertinents » met en avant Twitter

« Nous craignons que les changements opérés par Google ne rendent plus difficile pour tout le monde de trouver ces informations. Nous pensons que c’est mauvais pour les gens, les éditeurs, les médias et les utilisateurs de Twitter » reproche dès lors l’entreprise.

Le fil temps réel de Twitter retiré de Google en juillet 2011

La stratégie mise en œuvre par Google, déjà accusé de favoriser ses services, est perçue comme une menace pour Twitter, qui pourrait craindre que ses utilisateurs, pour une meilleure visibilité dans les résultats de Google, ne migre sur Google+ pour échanger des informations.

Cette nouveauté de la part de Google intervient quelques mois (juillet 2011) après le retrait d’une fonctionnalité de son moteur de recherche (peu après le lancement de Google+) qui permettait d’indexer et d’afficher en temps réel dans ses résultats les messages publiés sur Twitter.

Ce retour dans l’indexation en temps réel dans Google Search, en s’appuyant exclusivement sur les messages du réseau Google+, constitue pour Twitter une attaque directe, et sans doute aussi un acte déloyal du fait de la part de marché de Google dans la recherche.(zdnet)

Résultats : Google affiche sa satisfaction au 3e trimestre

Résultats : Google affiche sa satisfaction au 3e trimestre Chiffre d’affaires et bénéfices en forte hausse, 190 millions de terminaux Android, 200 millions utilisateurs de Chrome et 40 millions de Google+ : Google se réjouit de ses performances.

C’est un « grand » trimestre selon le PDG de Google, Larry Page. Sur la période, le géant américain de la publicité en ligne enregistre une progression de 33% de son chiffre d’affaires à 9,72 milliards de dollars.

Le bénéfice est en augmentation de 26% sur un an à 2,73 milliards de dollars, dépassant là aussi les attentes des analystes financiers. Si les Etats-Unis restent le premier marché de Google en termes de revenus, l’entreprise réalise de bonnes performances à l’international.

Des effectifs toujours en hausse

Le chiffre d’affaires à l’international représente en effet 55% de ses revenus au troisième trimestre, soit 5,3 milliards de dollars. Autre domaine de satisfaction, les profits générés par Adsense : 2,6 milliards de dollars (+18%).

Google, qui compte désormais 31.353 salariés (contre 28.768 trois mois plus tôt), a par ailleurs insisté sur les résultats enregistrés par trois de ses produits : Android, Google+ et Chrome. Larry Page a ainsi voulu contredire les commentaires sur la désaffection qui toucherait son réseau social.

Selon le PDG de Google, Google+ compterait désormais 40 millions d’utilisateurs. En août, le service totalisait 25 millions d’inscrits. Pour traduire le développement des usages sur Google+, Larry Page a également indiqué que 3,4 milliards de photos avaient été mises en ligne depuis le lancement.

Ice Cream Sandwich : levier pour Android

Autre motif de satisfaction, l’adoption des terminaux Android (190 millions de terminaux vendus) et du navigateur Chrome, qui compterait désormais 200 millions d’utilisateurs. Pour conserver cette dynamique dans la mobilité, Page mise sur la prochaine version d’Android, Ice Cream Sandwich.

Google a en revanche été plus avare de chiffres au sujet de deux autres de ses produits, tout en revendiquant néanmoins un succès indéniable. Il s’agit de YouTube, sa plate-forme vidéo pour laquelle Google perçoit un fort potentiel de croissance, et de ses offres entreprises.

D’après Nikesh Arora, responsable des solutions business, Google enregistre une accélération de ses revenus – qui ne sont pas précisés –, et les Chromebooks, des portables sous Chrome OS, commencent à susciter l’intérêt des entreprises et du secteur de l’enseignement. Sur ce point aussi, aucune précision.

Zdnet

Catégories :Actu google

Google Trusted Stores : la certification Google pour les sites ecommerce

Google vient de lancer un programme de certification pour les sites marchands intitulé Google Trusted Stores. Il a pour objectif principal de renforcer la confiance des internautes pour qu’ils dépensent davantage en ligne…

 

Présentation rapide du programme de certification Trusted Stores

Logo Google Trusted StoresLe logo officiel de la certification Trusted Stores (Google)

Pour être certifié par Google, nul besoin de faire des études et des sondages parmi les clients : chez Google n’oubliez pas que c’est la culture des chiffres (ou des données). En effet, le ecommerçant doit fournir directement à Google un certain nombre de données récoltées par son backoffice ! Ces informations indiquent si les commandes ont été livrées à temps ou si les problèmes auxquels les clients sont confrontés sont résolus rapidement. Les sites marchands certifiés pourront afficher un badge sur leur site.

En plus de ça, Google propose un service ressemblant à une extension de garantie, destinée à régler un certain nombre de problèmes que les clients peuvent rencontrer.

Tout ceci n’est pas encore assez clair, et ce n’est que le tout début… Qui nous dit que plus tard ce programme ne sera pas relié à Google AdWords, Google Checkout ou même Google Wallet ? Si vous souhaitez tenter de faire partie des premiers candidats, remplissez ce formulaire.

Trusted Stores en images et vidéos

La vidéo officielle d’explications :

Voilà à quoi ressemblent les détails accessibles en cliquant sur un badge :

Programme de certification Google Trusted StoreLa certification Google Trusted Stores (image : SearchEngineLand.com)

 

 

 

Google compte aider les internautes insatisfaits :

L'aide de Google aux consommateurs des sites Trusted StoresGoogle souhaite aider les consommateurs des sites Trusted Stores qui auraient rencontré des problèmes

Source et site officiel : www.google.com/trustedstores + aide en ligne

Catégories :Actu google

Chromezone : ouverture d’une boutique Google à Londres

 Chromezone : ouverture d’une boutique Google à Londres Pour présenter et vendre ses ordinateurs sous Chrome OS, Google a ouvert une boutique baptisée Chromezone à Londres. Une deuxième devrait ouvrir dans les prochains jours, toujours au Royaume-Uni.

Après Microsoft, Google s’essaye à son tour à la distribution, de manière toutefois modeste. La firme de Mountain View vient en effet d’ouvrir, en partenariat avec l’enseigne PC World, une boutique dans le centre de Londres.

Baptisée Chromezone, cette boutique (ou plutôt espace) d’environ 30 mètres carrés, ne vise pas à rivaliser avec les Apple Stores d’Apple. Pour Google, il s’agit uniquement de faire découvrir les Chromebooks, les ordinateurs sous Chrome OS mis sur le marché depuis juin.

Un début modeste : 30 m2

Outre différents modèles de PC tournant sur la plate-forme Google, la Chromezone, au design soigné, commercialise également différents accessoires. Smartphones et tablettes sous Android ne sont donc pas de la partie.

Malgré une entrée discrète (il s’agit en effet d’un partenariat avec une enseigne, PC World) dans la distribution physique, Google pourrait bien ambitionner comme ses rivaux de développer cette présence.

« C’est notre première incursion dans la vente physique. C’est un nouveau circuit de distribution pour nous et nous en sommes encore aux tous premiers jours. C’est quelque chose que Google va explorer et nous verrons où cela nous conduit » explique à The Standard le patron anglais de Google, Arvind Desikan.

Les PC portables d’abord achetés en magasin selon Google

Google a manifestement retenu les leçons de son échec avec le Nexus One. Le smartphone, vendu par Google directement sur Internet, avait échoué commercialement. La vente physique serait donc le mode de distribution à privilégier.

D’ailleurs Arvind Desikan assure que selon les données de Google, 80% des acheteurs de PC portables ont réalisé leur acte d’achat via ce canal de vente.

Google a besoin de faire connaître ses Chrombooks, au sujet desquels il a peu communiqué. La firme américaine envisagerait d’ouvrir une seconde boutique Chromezone le 7 octobre, dans un centre commercial situé en dehors de Londres.

Catégories :Actu google

Contrefaçon : Gallimard, Flammarion, Albin Michel et Google se réconcilient

Contrefaçon : Gallimard, Flammarion, Albin Michel et Google se réconcilientJuridique – Selon LivresHebdo.fr, Gallimard, Flammarion, Albin Michel suspendraient leurs poursuites pour contrefaçon, se déclarant ainsi prêtes à rediscuter d’un accord de numérisation des œuvres avec Google.

Et de cinq. Après Hachette Livre et La Martinière/Le Seuil en août, trois autres maisons d’édition accepteraient de revenir à la table des négociations avec le géant américain Google dans la perspective d’un accord.

Selon LivresHebdo.fr, Gallimard, Flammarion et Albin Michel renonceraient ainsi à leurs poursuites pour contrefaçon à l’encontre de Google.  Elles l’avaient assigné en mai dernier, lui reprochant la numérisation non autorisée de milliers de titres de leurs catalogues.

Contrefaçon : procédure suspendue

En réparation, elles réclamaient 9,8 millions d’euros de dommages et intérêts. Fin août, c’est La Martinière, engagé dans un différend juridique avec Google depuis 2006 qui enterrait la hache de guerre et annonçait un accord sur la numérisation des livres épuisés.

LivresHebdo.fr rapporte que Gallimard, Flammarion et Albin Michel ont suspendu leur procédure pour contrefaçon. Un geste indispensable pour discuter avec Google des conditions de la numérisation de leurs ouvrages.

« Je pense que les négociations vont maintenant reprendre au stade où Google les avait suspendues quand nous l’avions assigné pour contrefaçon » commente auprès de l’AFP le directeur juridique de Gallimard, Brice Amor.

Les négociations peuvent reprendre

Google, par l’intermédiaire du patron de Google Livres France, avait ouvert la porte à une reprise des négociations dès le mois dernier – il est vrai après une condamnation en mars de Google aux Etats-Unis et le rejet du principe de l' »opt-out » pour la numérisation.

« Nous souhaitons continuer à dialoguer durablement avec le monde de la culture, afin de faciliter l’accès à la connaissance et mettre à disposition des internautes l’immense patrimoine culturel français » déclarait Philippe Colombet.

Catégories :Actu google Étiquettes :

Google Panda : fermes de contenus et comparateurs de prix ont du plomb dans l’aile

Sans grande surprise, ce sont les sites appartenant aux catégories des fermes de contenus, des comparateurs de prix et des sites d’avis de consommateurs qui ont le plus pâti de la mise à jour Google Panda.

La mise à jour Panda de l’algorithme de recherche de Google a été déployée en France, et dans de nombreux autres pays, le 12 août. Et les premiers résultats en termes de référencement sont mesurables comme le signalent plusieurs spécialistes du secteur.

D’après l’agence 1ère Position, sur la base des chiffres de SearchMetrics, les grands perdants sont d’abord, comme attendu, les fermes de contenus, les comparateurs de prix et les sites d’avis de consommateurs.

Comme aux US, les fermes de contenus sombrent

« L’étude se base sur les analyses de l’indice de visibilité des sites et qui correspond à la fois au positionnement des sites sur les principaux mots clés du secteur mais également corrélé selon la part de trafic généré par les mots clés » précise 1ère Position.

Sur la base de ces indicateurs, et comme en Angleterre où Panda est en vigueur depuis plusieurs mois déjà, des sites comme Wikio.fr, Ciao.fr, leguide.com, leguide.net enregistrent depuis le 12 août des baisses comprises entre 60 et 80%.

Du côté du français Wikio, dont les services sont affectés négativement aussi bien au Royaume-Uni, qu’en Allemagne et en France, c’est a priori une mauvaise nouvelle – même si l’effet de Panda était prévu.

Dans une tribune publiée en avril sur FrenchWeb, son fondateur, Pierre Chappaz, relativisait les risques, mettant en avant la stratégie engagée pour réduire la dépendance vis-à-vis de Google. « Ma stratégie est de développer en parallèle le B2C (nos sites Internet) et le B2B (notre plateforme de marketing social Ebuzzing). »

Toutefois, sur le B2C, les principaux sites n’échappent pas à Panda comme l’indiquent les chiffres de SearchMetrics. Wikio.fr enregistre une baisse de visibilité de 74,7% et les-experts.com de 84,6%. Over-blog.com affiche en revanche une hausse d’environ 7%.

Les bénéfices de Panda moins « spectaculaires » selon 1ère Position

Mais outre ces perdants annoncés figurent dans la liste d’autres sites qui n’appartiennent pas aux catégories visées, comme leparisien.fr, lexpress.fr, universalis.fr ou Webrankinfo.com, un forum dédié au référencement.

Des sites ont en revanche profité eux d’un accroissement de leur visibilité dans les résultats de recherche de Google.  « Les hausses sont moins importantes et ceci s’explique par le fait qu’une place perdue par un site, va bénéficier à plusieurs sites, ceci expliquant les bénéfices moins « spectaculaires » que les baisses » précise cependant 1ère Position.

C’est ainsi le cas de Wikipedia (+8%), de Youtube (+52%), Dailymotion (+43%), de Facebook (+10%) ou encore de Twitter (+25%). Pour le spécialiste du référencement, « il semble évident qu’il y a une mise à jour manuelle et algorithmique de Google Panda. »

Pour la majorité des sites, Panda devrait vraisemblablement avoir un impact nul ou minime. Google, très discret comme toujours lorsqu’il s’agit de ses algorithmes et de ses méthodes de référencement, expliquait la semaine dernière que « cette mise à jour impacte les résultats perçus par les utilisateurs pour en moyenne 6 à 9% des requêtes. »

Catégories :Actu google Étiquettes : ,